Retour à la liste complète

Céline d'Aoust - Coeur de pierre(s) Mode - 15 février 2019

Généreuse, raffinée et inspirante, cette créatrice de bijoux qui passe la moitié de l’année à Jaipur en Inde nous parle du lien étroit qu’elle a tissé avec son pays d’adoption, ainsi que des contours d’une marque qu’elle a construite avec amour.

Aujourd’hui, vous donnez l’impression de surfer sur plusieurs tendances fortes : l’artisanat et les accessoires à haut potentiel symbolique ? Comment l’expliquez-vous ?
Il y a un peu moins de dix ans, lorsque je présentais mes pièces dans certains magasins de luxe, les acheteurs hésitaient. Ils avaient du mal à comprendre ma démarche, le caractère irrégulier de mes bijoux, les imperfections de certaines pierres. Aujourd’hui, c’est précisément l’aspect unique de mes pièces qui séduit ces mêmes enseignes. Même ma bague Stella – dont la forme est plutôt classique – affiche des diamants, tous différents. Le fait que je produise toutes mes collections en petites séries est mieux compris aujourd’hui. 

Votre choix de travailler des pierres de provenance indienne et de travailler avec des artisans de Jaipur – les mêmes depuis des années –, a forcément une influence sur votre travail. Expliquez-nous.
Depuis peu, j’assume enfin cet ancrage. Auparavant, de peur, peut-être, de tomber dans certains clichés, je ne m’autorisais pas à jouer la carte de la couleur ou à m’inspirer des parures traditionnelles indiennes qui me fascinaient tellement. Aujourd’hui, j’ai l’impression que mon inspiration orientale est légitimée, qu’elle a une vraie raison d’être.

Peut-être parce qu’au fil des années, vous avez tissé de vrais liens avec vos partenaires de Jaipur...
Ma première maison est à Bruxelles et la seconde en Inde. Mes partenaires connaissent mes goûts. Ils sélectionnent des pierres qui me plaisent et qui me correspondent. Pareil pour les artisans. Ils ont compris ma manière de travailler. Leurs réalisations ont gagné en précision et en finesse. À mon niveau, j’ai l’impression qu’à leur contact, j’ai réussi à lâcher prise plus souvent. En Inde, le rapport au temps est différent. J’ai donc appris à être plus souple et à accepter certains compromis. 

Dans le registre du bijou, la concurrence est de plus en plus féroce. Vous semblez toutefois résister. Votre style continue à afficher une vraie identité.
En Inde, je vis en vase-clos cinq mois par an. Je suis impliquée à 100% dans mon processus de création. Rien d’autre ou presque ne compte. Le pays m’inspire. Tout comme la magie des pierres. Lorsque je suis face à une pierre aux reflets uniques que je ne peux pas tailler pour ne pas l’abîmer, je dois m’adapter, improviser. C’est un excellent moteur de créativité.

Boutique de Céline d'Aoust à IxellesCette créativité, on la retrouve, en pointillés, dans votre stratégie de communication, mais aussi dans votre boutique d’Ixelles….
Dernièrement, j’ai collaboré avec l’artiste Christo Noguès qui a participé à l’élaboration des invitations envoyées à la presse et aux acheteurs lors de la dernière fashion week de Paris. Par la suite, il a imaginé de sublimes displays que l’on retrouve dans les vitrines intérieures de ma boutique de Bruxelles.  Rien de très voyant, ni de très buzz. L’idée, c’est de soigner chaque détail et de créer une émotion. La manière de consommer a changé. Aujourd’hui, la plupart de mes clients sont à la recherche d’une émotion qui dure dans le temps.

Quel est votre prochain rêve ?
Je pourrais vous dire une boutique à Paris. Pas juste pour le prestige lié au fait de disposer d’une vitrine parisienne. Plutôt pour pouvoir recevoir des acheteurs toute l’année et pas juste en période de fashion weeks. Mais je veux prendre le temps de bien faire les choses. Nous sommes distribués dans des boutiques de rêve, dont Montaigne Market et le Bon Marché, mais aussi aux États-Unis et en Asie. Notre développement va crescendo. Mon autre rêve, c’est d’aller encore plus loin dans la démarche sociétale et environnementale que nous avons entreprise depuis quelques années. Nous avons déjà réduit l’utilisation de plastique dans nos packagings et nous soutenons des projets caritatifs et culturels. Mais, c’est certain, je voudrais aller encore plus loin. 

Céline d'Aoust

Céline d'Aoust

Céline d'Aoust - atelier, India

Céline d'Aoust

Céline d'Aoust

Céline d'Aoust

Brussels boutique

Céline d'Aoust

Céline d'Aoust

Céline d'Aoust

Plus d'infos

celinedaoust.com



En collaboration avec

WBDM s'associe à TLmagazine pour promouvoir et diffuser la créativité et le talent belges à l'international. Pour découvrir plus d'articles sur la créativité belge, rendez-vous sur TL Magazine.